Association Landes Graves Palus Environnement
Accueil > Défense et préservation > LGV > Départementales 2015 > Tableau récapitulatif des réponses à la lettre ouverte aux candidats - (...)

Tableau récapitulatif des réponses à la lettre ouverte aux candidats - départementales 2015

vendredi 20 mars 2015, par ajas

Une urgence à agir :

La Coordination Vigilance LGV Gironde rassemble, depuis sa création en 2005, les associations et les personnes qui expriment avec force et constance leur opposition aux projets inutiles, ruineux et destructeurs de l’environnement que sont les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, via Bernos-Beaulac.

A l’approche du scrutin départemental, le 5 mars, notre coordination a envoyé par mails les questions suivantes aux candidats :

• Êtes-vous favorable à la construction des LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne : OUI / NON *

• Êtes-vous favorable à l’aménagement des voies ferroviaires existantes : OUI / NON *


Pour lire la totalité de la lettre ouverte

Pour lire les commentaires des candidats


Tableau des réponses mis à jour le 20 mars 2015.

Cantons Partis Candidats LGV Voies
existantes
LA BREDEFront NationalMarie-Christine COUQUIAUD
(Sonia CHAPEL)
Diederik MEYNIER
(Laurent RENAUDIN)
  
LA BREDEParti SocialisteBernard FATH
(Christian TAMARELLE)
Corinne MARTINEZ
(Françoise BETES)
NONOUI
LA BREDEFront de GaucheCathy DAGUERRE
(Françoise DEDIEU)
Jean-Pierre GARROT ESPARROS
(Yannick CHOLLET)
NONOUI
LA BREDEUnion de la DroiteBéatrice CANADA
(Marie VIGUIER)
Francis GAZEAU
(Michel DUFRANC)
  
 
LES LANDES DES GRAVESUnion de la DroiteDominique CLAVIER
(Dominique CAVAILLOLS)
Christiane DORNON
(Marie-Josée MORLOT)
NONOUI
LES LANDES DES GRAVESUnion de la GaucheHervé GILLÉ
(Jean-Louis DARTIAILH)
Sophie PIQUEMAL
(Carine JEROME)
NONOUI
LES LANDES DES GRAVESFront de GaucheMichel ARMAGNACQ
(Alain BOUTINEAUD)
Nicole RUIZ
(Cristine GUERNE)
NONOUI
LES LANDES DES GRAVESFront NationalEdwige DIAZ
(Camille COLOMBIER)
Jean-Claude SAUNIER
(Christophe BARET)
  
 
LE SUD-GIRONDEPS / EELV / PRGIsabelle DEXPERT
(Danielle BARBEYRE)
Jean-Luc GLEYZE
(Christian DAIRE)
NONOUI
LE SUD-GIRONDEUnion de la DroiteJean-Pierre BAILLE
(François GARIN)
Marie-Angélique LATOURNERIE
(Sophie METTE)
NONOUI
LE SUD-GIRONDEExtrême droiteSophie AMBARD
(Marine GENESTIN)
Guillaume JAMBARD
(Pascal RUEL)
  
LE SUD-GIRONDEFront NationalMichel APPLINCOURT
(Jean-Bernard CALVINHAC)
Françoise MANET
(Liliane MARTIN)
  
LE SUD-GIRONDEFront de GauchePierre AUGEY
(José DEPAZ)
Christine BORONAT
(Anne-Marie DESCOT)
NONOUI



* OUI aux deux est impossible

Précisons que l’expérience vécue par le ferroviaire français depuis plus de trente ans prouve, sans aucune ambiguïté, l’incompatibilité totale qu’il y a entre la création de lignes à grande vitesse et le maintien en état opérationnel du réseau existant. La « Commission mobilité 21 » en a fait clairement le constat.

Constat de la Commission mobilité 21

Opérateurs SNCF/RFF, nécessité modernisation du réseau existant
- Vieux réseau, 30 000 Km de lignes. Début des travaux de réhabilitation en 2007.
- Zones saturées (île de France), nécessité d’améliorer les performances du réseau sans ajout de nouvelles lignes. La mise en place de technologies numériques permettrait de réduire considérablement l’intervalle entre les trains.
Bien que non hostile aux nouvelles lignes, priorité doit être donnée à l’entretien et la modernisation du réseau existant.
Grosse évolution et investissements pour le réseau entre les années 1960 et 1970 puis stagnation jusqu’en 1980 et arrêt total jusqu’en 2007 en raison de la mobilisation des finances pour les LGV. Depuis, saturation des travaux avec une priorité aux petites lignes pour ne pas les fermer.
Notre réseau est trop ancien pour permettre un développement du fret.
Dettes RFF : 32 milliards, SNCF : 8 milliards, plus 5 milliards par an (61 milliards de dette prévue pour 2025).
Sur les 5 milliards, 2,5 milliards sont consacrés à de l’investissement sur le réseau, le même tous les ans ce qui correspondrait plutôt à du fonctionnement. Le reste, 2,5 milliards pour les lignes nouvelles.
Les investissements sur le réseau (entretien) ont été multipliés par 2,5 en 5 ans. Ils restent néanmoins 20% en dessous de ce qu’ils devraient être selon l’étude de fin 2012 de l’école polytechnique de Lausanne.
La dette de RFF est actuellement de 32 milliards et la valeur économique du réseau est estimée à 35 milliards. Provision pour dépréciation. Si la dette dépasse la valeur du réseau il faudra qu’une partie de la dette soit reprise comme dette publique (Maastricht).
En 5 ans les péages ont augmenté de 40%. Les TGV sont en difficultés financières, il n’y a plus d’autofinancements pour permettre le renouvellement, 1 milliard a été prélevé sur les régions. Dans le même temps les subventions de l’État ont baissé de 20%, compensées par la hausse des péages.
RFF, coût 20 milliards par an.
Le fret ferroviaire fonctionne grâce à 85% de subventions publiques, sur un coût de 15€ au kilomètre, uniquement 1 ,70€ est payé par le client.
En 2013, plus de 3 000 Km de lignes ferroviaires sont ralenties car très dégradées.



Nouvelle carte des 33 cantons en Gironde

La réforme des collectivités territoriales s’accompagne d’un redécoupage des cantons français.

Alors qu’avant, il existait de grandes différences en nombre d’habitants d’un canton à l’autre, le nouveau découpage corrige ces inégalités démographiques. Découvrez ci-dessous la nouvelle carte des 33 cantons, qui sera effective à partir des élections cantonales, les 22 et 29 mars 2015.

En 2016, un conseiller départemental sur deux sera une conseillère !

L’autre nouveauté de cette réforme est l’élection d’un binôme homme/femme par canton.

Le et la conseiller(ère) général(e) deviendront le et la conseiller(ère) départemental(e).

Nouveau mode de scrutin : majoritaire, binominal et paritaire

Parallèlement au redécoupage et à l’introduction de la parité, la réforme supprime le renouvellement triennal par moitié. (Aujourd’hui, la moitié des conseillers est réélue tous les 3 ans.)

Les représentants du Département seront élus au suffrage universel direct, binominal, à deux tours. Le mandat reste de 6 ans mais avec un renouvellement intégral des élus.


Si vous constatez des erreurs n’hésitez pas à nous le faire savoir, nous corrigerons dans les meilleurs délais.