Association Landes Graves Palus Environnement
Accueil > Défense et préservation > LGV > Régionales 2015 > Réponse : Liste Les Républicains/UDI/Modem/CPNT

Réponse : Liste Les Républicains/UDI/Modem/CPNT

jeudi 3 décembre 2015, par ajas

Êtes-vous favorable à la construction des LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne, malgré l’avis défavorable de la commission d’enquête publique ? OUI NON

Les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax ne me semblent pas prioritaires dans le contexte actuel pour au moins 2 raisons majeures :
• Le financement :
L’État vient de décider de relancer un projet de 9,1 milliards d’euros, sans présenter toutefois la moindre piste de financement. La question est simple : qui paiera ?
L’Agence de financement des infrastructures, déjà très en retard dans ses paiements pour la LGV Bordeaux-Tours, et que la suppression de l’écotaxe en 2013 a privé de près d’un milliard d’euros de ressources par an, vient de voir son budget amputé de 400 M€ pour 2016.
La SNCF n’a pas les moyens de financer le GPSO et place sa priorité dans la modernisation du réseau existant.
Les collectivités locales se sont déjà saignées pour financer la ligne Bordeaux-Tours, et subiront d’ici 2017 une diminution de 11 milliards d’euros des dotations de l’État.
L’Europe n’a financé que 0,21 % de la LGV Bordeaux-Tours, et ne s’intéresse qu’aux sections transfrontalière : elle n’apportera donc pas un centime pour la ligne Bordeaux-Toulouse.
• Le tracé et les problèmes environnementaux :
Il sera également nécessaire de réaliser d’importantes études complémentaires pour améliorer le tracé des lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax et s’assurer qu’elles ne nuisent ni à l’environnement, ni aux riverains.
Les éléments fournis à l’heure actuelle n’apportent pas de réponses satisfaisantes.
Quoi qu’il en soit, la grande vitesse seule ne suffit pas : il faut envisager dans leur globalité toutes les infrastructures de transport. Offrir davantage de choix de mobilité, c’est d’abord donner aux habitants plus de liberté.

Êtes-vous favorable à l’aménagement des voies ferroviaires existantes : OUI NON

Je suis favorable à la rénovation des voies ferrées régionales, trop de retard a été pris par les exécutifs régionaux sortants. Une grande partie des dysfonctionnements des TER que les usagers ont à déplorer quotidiennement provient de la vétusté des voies, surtout en Aquitaine, qui est responsable des retards, des annulations régulières.
Il va nous falloir dégager des crédits importants pour réaliser un plan d’urgence Rail sur les 10 années à venir.
A cette fin, je m’engage à stopper le projet pharaonique porté par le président sortant de la Région Aquitaine, la réouverture de la ligne ferroviaire touristique Oloron/Canfranc.
La 1ère phase est en cours de réalisation d’Oloron à Bedous : la Région la finance seule puisqu’aucun autre partenaire ni l’Etat, ni RFF, ni le département des Pyrénées-Atlantiques, ni l’Europe, n’a souhaité s’engager dans cette opération au coût exorbitant et dépourvue de toute rentabilité économique.
Je vais donc consacrer les 370 à 400 M€ estimés pour la 2ème phase de Bedous à Canfranc à la rénovation de nos voies ferrées régionales qui sont, elles, prioritaires pour assurer un service public de qualité.
Il devient aussi vital d’établir un plan de renouvellement des rames TER en exigeant de l’État une revalorisation de sa dotation de renouvellement du matériel, qui stagne au même niveau depuis 2002 alors que dans le même temps, faute d’anticipation, les dépenses de rénovation du matériel engagées par le Conseil régional d’Aquitaine ont augmenté de 270 %.
Ainsi, à l’horizon 2020, toutes les rames devront avoir été renouvelées. Ce plan de renouvellement devra poursuivre un objectif d’efficacité et répondre à l’urgence.
Il faut également lutter avec la plus grande vigueur contre les retards des TER, en renforçant significativement les sanctions financières contre la SNCF.

Virginie Calmels